Prévenir et traiter la maladie coronarienne par l’exercice

jogging-4211946_1920
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Courriel

Qu’est-ce que la maladie coronarienne?

 

La maladie coronarienne est causée par l’athérosclérose, une accumulation de plaques à l’intérieur des artères qui nourrissent le cœur. Le processus de l’athérosclérose est complexe et n’est pas encore tout à fait bien compris, mais les hypothèses suggèrent que l’athérosclérose débute lorsque la paroi du vaisseau sanguin est endommagée, notamment par l’hypertension artérielle, un taux d’insuline ou de cholestérol élevé ou encore le tabagisme. En réaction à cela, une plaque de lipides, de cholestérol et d’autres substances va se former dans le vaisseau sanguin. Cette accumulation rétrécit peu à peu l’intérieur des artères et diminue le flot de sang au cœur.[1]

 

Il peut arriver que la plaque se rompe et qu’un caillot sanguin se forme pouvant bloquer complètement la circulation, on parle alors d’infarctus ou de crise cardiaque. Il est important de savoir que l’athérosclérose peut aussi se développer dans les artères du cerveau (AVC) et dans les artères des membres (maladie artérielle périphérique).

 

Pourquoi s’y intéresser?

 

La maladie coronarienne athérosclérotique est la première cause de mortalité au monde.[2]  Au Canada, il s’agit de la 2e cause principale de décès. Environ 2,4 millions de Canadiens de plus de 20 ans ont un diagnostic de maladie du cœur.[3]

 

Quelles sont les conséquences de la maladie coronarienne?

 

Le rétrécissement des artères peut mener à une diminution du flot sanguin au cœur ce qui peut provoquer des douleurs thoraciques (angine) dues au manque d’oxygène au cœur. On observe aussi une diminution de la tolérance à l’effort de 40 à 60 % des valeurs prédites selon l’âge et le sexe.2 Le risque de crise cardiaque est aussi augmenté.

 

Qu’est-ce qui cause la maladie coronarienne?

 

Il y a plusieurs facteurs de risque qui sont en jeu :

 

Les facteurs de risque non modifiables : Âge, sexe, hérédité, ethnie.

Les facteurs de risques modifiables : Tabagisme, embonpoint, diabète, hypertension artérielle, dyslipidémie (cholestérol élevé), sédentarité, stress.1

 

Heureusement, la modification des habitudes de vie (dont l’exercice) peut aider à contrôler les différents facteurs de risque et prévenir la maladie coronarienne ou la contrôler en cas de diagnostic présent. Comme l’athérosclérose débute tôt dans la vie, il est important de prendre en charge rapidement ses facteurs de risque!

 

Bénéfices de l’exercice sur la prévention de la maladie coronarienne

 

Comment un adulte en santé peut-il diminuer son risque de maladie coronarienne ; la pratique régulière d’exercice permet de diminuer le risque de mortalité de toute cause, entre autres, de la maladie coronarienne et d’optimiser le contrôle des facteurs de risque de la maladie coronarienne par la diminution de la tension artérielle et du cholestérol, de la glycémie et de la graisse abdominale.[4]

 

 Bénéfices de l’exercice sur le contrôle de la maladie coronarienne

 

Les individus avec une maladie coronarienne peuvent retirer plusieurs bénéfices de faire de l’exercice régulièrement et de modifier leurs habitudes de vie.

Faire de l’exercice régulièrement permet de stabiliser, de ralentir et parfois même de renverser le processus d’athérosclérose. Il permet aussi de contrôler les facteurs de risque, notamment d’abaisser la tension artérielle et le cholestérol, d’optimiser le contrôle de la glycémie et de diminuer le tour de taille. L’entraînement régulier permet d’améliorer la tolérance à l’effort et de repousser le seuil d’apparition des douleurs d’angine à l’effort. Il offre aussi une protection contre le risque d’infarctus lors d’efforts vigoureux.4

 

Recommandations d’exercices

 

Pour les adultes de 18 à 65 ans en santé, il est recommandé de faire un minimum de 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée par semaine ou 75 minutes d’activité physique d’intensité élevée par semaine ou une combinaison des 2. On peut obtenir davantage de bénéfices en augmentant le nombre jusqu’à 300 minutes par semaine. La musculation devrait être faite au minimum 2x/semaine.

 

Pour les adultes avec une maladie coronarienne, les recommandations sont assez semblables, mais elles dépendent de leur condition de santé (diagnostic, intervention reçue, présence de symptômes, etc.) Un kinésiologue spécialisé en maladie chronique peut aider à déterminer la fréquence, la durée et l’intensité des entraînements. De manière générale, on recommande de faire de l’activité physique aérobique au minimum 3x/semaine, mais préférablement plus de 5x/semaine, à intensité modérée pour une durée de 20 à 60 minutes. La musculation est aussi recommandée.[5]

 

Il est très important d’accorder du temps à l’échauffement et au retour au calme lors des séances d’entraînement. De plus, il faut éviter de bloquer la respiration lors des exercices de musculation.

 

 Conclusion

 

Si vous souhaitez faire plus d’activité physique et que vous avez un diagnostic de maladie coronarienne, discutez avec votre professionnel de la santé avant de débuter un programme d’exercices et rencontrez un kinésiologue spécialisé en maladie chronique pour avoir un programme d’exercices adapté à votre condition.

 

Florence Letarte-Dupré, kinésiologue

 

Références

[1] Athérosclérose. Cœur et AVC, Récupéré de : https://www.coeuretavc.ca/maladies-du-coeur/problemes-de-sante/atherosclerose

 

[2] Moore, G., Durstine, J. L., Painter, P., & American College of Sports Medicine. (2016). Acsm’s exercise management for persons with chronic diseases and disabilities, 4E. Human Kinetics

[3] Les maladies du cœur au Canada, Gouvernement du Canada. Récupéré de : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/maladies-coeur-canada.html

[4] American College of Sports Medicine. (2013). ACSM’s guidelines for exercise testing and prescription. Lippincott Williams & Wilkins.

[5] American College of Sports Medicine. (2013). ACSM’s guidelines for exercise testing and prescription. Lippincott Williams & Wilkins.

AUTES CONTENUS DE KIN-OPTION:

Autres articles

PRÊT à BOUGER ?​

ENGAGEMENT

Optimiser l'engagement des employés et favoriser la cohésion d'équipe par nos programmes de leadership

MOTIVATION

Motivez votre équipe de travail à bouger grâce à nos activités de groupe dynamiques et nos défis sportifs personnalisés.

MARQUE EMPLOYEUR

Renforcez votre marque employeur avec des initiatives de santé et bien-être au sein de votre organisation

Contact

INscrivez-vous à notre infolettre

Pour tout savoir sur nos ateliers, conférences et formations.