Ergonomie de bureau

2 octobre 2017

Catégories: Entreprises en santé, Santé/Bien-être

« J’ai mal au cou et à l’épaule, je ne comprends pas… Pourtant, je n’ai rien fait ! »

Et voilà ! Ne rien faire peut parfois être aussi néfaste qu’en faire trop. Malheureusement, le 21e siècle amène un nouveau fléau; la sédentarité. À 5 ans, la société nous place sur les bancs d’école. Assis, encore et toujours, jusqu’à l’université et même jusqu’à la retraite pour la plupart des gens !

Selon Statistique Canada, 48 % des Canadiens de 12 ans et plus sont considérés inactifs durant leurs loisirs, avec moins de 30 minutes de marche par jour. En outre, 25 % d’entre eux passent presque toute la journée assis.1 De plus, l’inactivité physique entraîne des conséquences économiques non négligeables, soit des coûts de 5,3 milliards de dollars en soins de santé au Canada.2 L’inactivité physique est reconnue comme étant un facteur de risques de maladies cardiovasculaires et métaboliques ainsi qu’un facteur de risque de blessures musculo-squelettiques.7

De plus, les maladies et blessures peuvent contribuer à l’augmentation du taux d’absentéisme au travail. En effet, 8,1 % des employés occupant un emploi à temps plein se sont absentés toute une semaine ou une partie de la semaine en 2011 pour des raisons personnelles, maladie ou incapacité étant les principales raisons.1

« Je travaille à l’ordinateur ! Je n’ai pas le choix d’être assis ! »

Travail oblige, nous passons une grande partie de la journée en position assise. Il est tout de même possible d’améliorer cette condition afin de prévenir les maladies et blessures liées à cette position et à la sédentarité. Bien que pratique et facile à transporter, l’ordinateur portable présente un plus grand défi d’ajustement.

D’abord, l’importance d’un poste de travail ajusté à la personne et à ses tâches :

Source: http://www.cnesst.gouv.qc.ca/Publications/500/Documents/DC_500_114_web1.pdf

 

Règles d’or

  • Angle de 90 degrés aux coudes, aux hanches, aux genoux et aux chevilles ;
  • Écran à la hauteur des yeux et face au travailleur ;
  • Clavier plat, sans repose-poignet ;
  • Souris près du clavier pour avoir la main alignée avec l’avant-bras ;
  • Appuie-bras placés sous les coudes pour permettre de relâcher les épaules ;
  • Assise sans pression dans le creux des genoux ;
  • Dos bien supporté par le dossier ;
  • Pieds appuyés et à plat.3

Plusieurs autres facteurs, comme les zones d’atteinte, sont à considérer lors de l’ajustement d’un poste de travail. Le kinésiologue est l’un des professionnels de la santé qui peuvent évaluer votre poste de travail et les risques qu’il présente pour votre santé. Il peut aussi vous aider à bien l’ajuster.

Malgré tous nos efforts, la posture assise, aussi bien ajustée soit-elle, comporte des risques pour la santé. En position assise, les muscles qui maintiennent la tête, les épaules et le tronc sont constamment sollicités. Maintenir cette position comprime les vaisseaux sanguins musculaires. Par conséquent, la circulation sanguine est compromise et les muscles actifs manquent de sang. On remarque une apparition plus rapide de la fatigue due à un apport sanguin insuffisant. Les muscles et tendons seront donc plus susceptibles de développer des troubles musculo-squelettiques.4

La position assise amène aussi un ralentissement de la fréquence cardiaque (nombre de battements de cœur par minute), ce qui ralentit le débit sanguin. La circulation est donc insuffisante, surtout dans les jambes, ce qui provoque une accumulation de liquide. Si l’assise de la chaise fait aussi pression à l’arrière des genoux, on peut ressentir des engourdissements, une lourdeur et même avoir les jambes enflées. Cela pourrait éventuellement causer des varices.4

Le ralentissement de la circulation diminue aussi l’apport sanguin aux muscles actifs, ce qui accélère l’apparition de la fatigue et augmente le risque de blessure. Cette baisse de débit sanguin explique la sensation de fatigue qu’un travailleur ressent souvent à la fin de sa journée, même s’il n’a « rien fait ».

Mes recommandations

  • Au travail, levez-vous aux 20 à 60 minutes pour aller marcher un peu ;
  • Profitez-en pour vous étirer ;
  • Sortez du bus ou du métro un arrêt à l’avance et marchez ;
  • Utilisez les escaliers dès que l’occasion se présente ;
  • Consultez un kinésiologue, spécialiste du mouvement et de l’activité physique.

L’activité physique peut aussi contribuer au maintien d’une bonne posture et de la santé. Voici les recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada :

  1. Être actif au minimum deux heures et demie par semaine ;
  2. Mettre l’accent sur l’activité aérobique d’intensité modérée à élevée ;
  3. Faites de la musculation au moins deux fois par semaine.5

Notez qu’un exercice d’un minimum de dix minutes apporte des effets bénéfiques pour la santé qui s’additionnent à ceux des autres périodes d’exercices.6

Valéry Pelletier-Millette, Kinésiologue/TRP

Bibliographie :

  1. Statistique Canada. Enquête sur la population active. 2011
  2. Gouvernement du Canada. Stratégie pancanadienne intégrée en matière de modes de vie sains 2005. [En ligne]. Site Wb : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/promotion-sante/modes-vie-sains/2005-strategie-pancanadienne-integree-matiere-modes-sains/resume.html?=undefined&wbdisable=true (Date de consultation : 30 juin 2017)
  3. Conseils ergonomiques pour le travail à l’ordinateur. [En ligne] http://www.cnesst.gouv.qc.ca/Publications/500/Documents/DC_500_114_web1.pdf. (Date de consultation : 30 juin 2017.
  4. Centre canadien d’hygiène et de santé au travail. Comment le travail en position assise influe-t-il sur la circulation sanguine ? [En ligne]; 2016. Site Web : http://www.cchst.ca/oshanswers/ergonomics/sitting/sitting_overview.html (Date de consultation : 30 juin 2017)
  5. Agence de la santé publique du Canada. Conseil sur l’activité physique pour les adultes: Conseils pour être actif. [En ligne]; 2012. Site internet : http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-ps/hl-mvs/pa-ap/07paap-fra.php (Date de consultation : 25 juin 2017)
  6. Kino-Québec. Avis du Comité scientifique de Kino-Québec. Quantité d’activité physique requise pour en retirer des bénéfices pour la santé. [En ligne]; 1999. Site Web : www.kino-quebec.qc.ca/publications/Qte ActivitePhysique.pdf (Date de consultation : 22 décembre 2016)
  7. KATZMARZYK, P.T., et I. JANSSEN. The economic costs associated with physical inactivity and obesity in Canada: an update. Canadian Journal of Applied Physiology. 29(1), 2004, p. 90-115