Quelles sont les dernières recommandations pour les chaussures de course à pied ?

18 août 2017

Catégories: Course à pied

On peut s’y perdre rapidement, puisque les recommandations relatives aux chaussures de course sont en constante évolution. Chaussure minimaliste ou pas, où en sommes-nous maintenant ? Voici quelques éléments pour vous éclairer sur votre prochain choix de chaussures de course.

Définition de la chaussure minimaliste
« La chaussure minimaliste est une chaussure interférant minimalement avec les mouvements naturels du pied, de par sa grande flexibilité, son faible dénivelé, son faible poids, sa faible épaisseur au talon, et l’absence de technologies de stabilité et de contrôle du mouvement. »

On considère les caractéristiques d’une chaussure maximaliste à l’opposé de celles de la chaussure minimaliste.

Le type de chaussure de course peut nous amener à adopter un certain type de patron de course. Si on considère la mécanique de notre corps en course à pied, nous augmentons la probabilité d’avoir une mécanique de course protectrice avec une chaussure qui se rapproche du pied nu.

Les impacts mécaniques sur notre corps sont répartis différemment selon le type de chaussure :

Minimaliste : amène une charge plus importante au niveau du pied, de la cheville et du mollet.
Maximaliste : amène une charge importante au niveau genoux, tibia, hanche et dos.

Afin de favoriser une meilleure répartition des charges mécaniques, l’adoption d’un patron de course favorisant la prévention des blessures et de meilleures performances en course à pied, voici ce que vous devez rechercher dans vos prochaines chaussures :

• Ajustement anatomique qui respecte la forme de vos pieds ;
• Chaussure légère ;
• Peu d’épaisseur au niveau du talon ;
• Dénivelé le plus faible possible ;
• Le moins possible de technologie dans la chaussure (stabilité et contrôle du mouvement) ;
• Bonne flexibilité (dans le sens de la longueur et en torsion).

L’indice minimaliste (IM), représenté en pourcentage, prend en compte le poids de la chaussure, l’épaisseur du talon, le dénivelé, le nombre de technologies dans la chaussure (stabilité et contrôle du mouvement) et la flexibilité. Plus cet indice est élevé, plus on se rapproche du style pied nu.

La transition vers une chaussure de course à indice minimaliste plus élevé ne peut se faire du jour au lendemain. On peut calculer environ un mois de transition à chaque 10-20 % d’IM de plus et d’ajustement de vitesse dans nos entraînements. Par exemple, passer d’un IM de 20 % à 80 % pourrait prendre autour de six mois d’adaptation.

Le choix d’une chaussure de course est aussi déterminé selon les blessures, l’expérience en course à pied et les objectifs du coureur.

Afin de vous aider dans vos choix de chaussures de course, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé certifié par La Clinique du Coureur qui pourra vous aider à évaluer vos besoins et vous orienter dans la recommandation de chaussures de course.

À vos souliers, bonne course !

Caroline Bourgouin, B.Sc. Kinésiologue/TRP

 

Bibliographie :

BUTLER, RJ, J HAMILL, et IS DAVIS. Interaction of arch type and footwear on running mechanics. The American Journal of Sports Medicine. 2006; 34:1998–2005.

TEISEN, Daniel et coll. Influence of midsole hardness of standard cushioned shoes on running-related injury risk, British Journal of Sports Medicine, 2016.  2016 Apr; 50(8): 481–487.

ESCULIER, J-F et coll. Journal of foot and ankle research, 2015, 8 :42.

GOSS, DL, et MT GROSS. Relationships Among self-reported shoe type, footstrike pattern, and injury incidence, Us Army Med Dep J, 2012, 25:30.

CROWELL, HP, et IS DAVIS. Gait retraining to reduce lower extremity loading in runners, Clin Biomech (Bristol, Avon). 2011 Jan; 26(1): 78–83.