Une cure « detox » pour éliminer les excès des fêtes?

9 janvier 2018

Catégories: Santé/Bien-être

Cure Kin-option Detox

Maintenant que la période des repas gargantuesques est derrière nous, les publicités vantant les cures pour « détoxifier » le corps apparaissent un peu partout. Jus, tisanes, comprimés… sont-ils vraiment utiles?

Tout d’abord, entendons-nous sur les mots « cure » et « toxines », puisqu’ils sont sujets à interprétation. La cure décrit habituellement un produit ou régime intégré de façon temporaire. Son objectif est de nettoyer l’organisme et d’éliminer les toxines afin de favoriser le bien-être et la santé. Officiellement, une toxine est une substance nocive produite par une bactérie, un champignon ou un animal venimeux. Toutefois, dans l’idée de la cure, le sens du mot est étendu aux excès alimentaires, à l’alcool et à d’autres substances toxiques comme les métaux lourds, les pesticides et les contaminants chimiques.

Le corps humain possède des organes dits émonctoires, soit le foie, les reins, les poumons, la peau et les intestins, qui traitent les déchets afin de les éliminer. L’idée de cure sous-entend que ces organes ne font pas leur travail adéquatement.

Pourtant, dans les bonnes conditions, le corps fonctionne à son plein potentiel. Rien ne vaut une alimentation équilibrée, de l’activité physique, une gestion du stress et du sommeil de qualité à longueur d’année pour préserver la santé des organes. Une cure ne peut pas être une solution miracle pour corriger un mode de vie malsain.

Il est vrai que certaines plantes ont un impact sur les organes. Par exemple, certaines ont un effet diurétique sur les reins. Mais ce n’est pas parce qu’elles ont un effet qu’on peut dire qu’elles « nettoient » l’organe. Au mieux, la cure pourrait avoir un effet dont l’utilité est discutable, par exemple en provoquant seulement une perte d’eau. Au pire, elle pourrait être coûteuse et potentiellement dangereuse s’il y a interaction avec un médicament ou déshydratation. Il faut se souvenir que ce n’est pas parce que le produit est « naturel » qu’il est sécuritaire.

Plutôt que de miser sur une potion magique, il serait mieux de se questionner sur ses habitudes. Pourquoi ne pas essayer une « cure de bonnes habitudes »? Elle ne va pas « détoxifier » miraculeusement, mais pourrait être le premier pas vers une meilleure santé : passer une semaine à manger de bons repas équilibrés, à réduire les sucreries et l’alcool, à réduire les aliments transformés et faibles en nutriments, à manger en respectant sa satiété, à augmenter les fruits et légumes, les grains entiers et les protéines végétales… Le résultat sera probablement une augmentation de la sensation de bien-être, de légèreté, de vitalité et d’énergie, à une fraction du prix !

Finalement, il importe de rappeler qu’il est inutile de s’inquiéter pour quelques excès. Les repas des fêtes jouent un rôle culturel et social et sont une source de plaisirs et de souvenirs. À méditer : « L’important n’est pas ce qui se passe entre Noël et le jour de l’An, mais bien ce qui se passe entre le jour de l’An et Noël » !

Karine Lamoureux Dt. P.