Les anti-inflammatoires et la course à pied : un bon mélange?

31 mai 2017

Catégories: Course à pied, Santé/Bien-être

Si vous êtes un coureur qui s’entraîne sur de longues distances, vous avez sans doute déjà subi des blessures ou ressenti des douleurs musculaires ou articulaires. Il existe plusieurs moyens pour vous aider à vous remettre sur pied et parmi ceux-ci les anti-inflammatoires sont très populaires.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont-ils recommandés pour prévenir les douleurs lors d’un événement de course ou comme traitement?

Les dernières recherches ont porté sur cette question puisqu’une consommation élevée d’AINS a été observée chez les sportifs d’endurance.

Les AINS sont utilisés pour réduire le processus inflammatoire. En contexte d’activité physique, ils sont consommés pour diminuer la douleur et ainsi augmenter la performance physique. On peut facilement se les procurer en pharmacie sans ordonnance.

Voici quelques statistiques qui reflètent l’importante consommation d’AINS chez les sportifs :

Événement Ironman

  • 59,9 % en prennent pendant 3 mois avant l’événement
  • 25,5 % en prennent le jour de la course
  • 17,9 % en prennent avant le départ de la course
  • 47,9 % en prennent pendant la course
  • 1 sportif sur 10 prend simultanément deux AINS de marques différentes ou jumelé avec un antalgique.

La consommation d’anti-inflammatoires entraîne plusieurs effets secondaires

Les effets secondaires liés à la consommation d’anti-inflammatoires peuvent se manifester en tout temps et augmenter lors d’un effort physique de longue durée. D’ailleurs, on a pu noter qu’une personne sur cinq prenant des AINS lors d’un effort physique prolongé a éprouvé certains des effets secondaires suivants :

  • L’atteinte au bon fonctionnement rénal qui augmente davantage lors d’un coup de chaleur.
  • L’augmentation du risque de déshydratation.
  • Un risque accru de souffrir d’hyponatrémie (diminution très importante de la concentration en sodium provoquant, entre autres, un dérèglement du système nerveux central).
  • La fatigue.
  • Les maux de tête.
  • Une perception de diminution de la puissance musculaire.
  • Des troubles gastro-intestinaux : douleurs et brûlures d’estomac, diarrhée.
  • Un ralentissement du processus de guérison (la diminution de l’inflammation ralentit la formation de nouvelles cellules).
  • L’augmentation du risque de répéter la même blessure.

 La prise d’anti-inflammatoires n’est pas un traitement préventif

 De nombreuses blessures et affections liées aux sports n’entraînent pas de réaction inflammatoire importante. Puisque le corps a besoin du processus inflammatoire pour entrer dans sa guérison lors de blessures, il n’est pas recommandé de prendre des AINS en prévention ou pour traiter des douleurs lors d’un effort physique. La prise d’AINS est indiquée lorsqu’il y a des signes inflammatoires et pour une courte durée. Toutefois, selon les dernières recommandations, la prise d’antalgiques serait préférable aux anti-inflammatoires non stéroïdiens lors d’événements sportifs.

En conclusion, l’automédication comporte certains risques, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre pharmacien pour obtenir des conseils.

Bonne course à tous!

Caroline Bourgouin, B.sc., kinésiologue/TRP

*Veuillez noter que les recommandations citées dans cet article reflètent les dernières données scientifiques sur les AINS. Elles ne remplacent pas la consultation auprès d’un médecin et d’un pharmacien.

 Bibliographie:

Gorski T. et coll. Use of NSAIDs in triathletes: prevalence, level of awareness and reason for use. Br. J. Sports Med. 2011; 45: 85–90.

Slatyer et coll. A randomized controlled trial of piroxicam in the management of acute ankle sprain in Australian regular army recruits. Am. J. Sports Med. 1997; 25: 544–552.

Tscholl P.M. et coll. Abuse of medication during international football competition in 2010 – lesson not learned. Br. J. Sports Med. 2012. Doi: 10.1136/bjsports-2011-090806.

Warden S.J. Prophylactic misuse and recommended use of non-steroidal anti-inflammatory drugs by athletes. Br. J. Sports Med 2009; 43: 548–549.

Wharam P.C. et coll. NSAID use increases the risk of developing hyponatremia during an ironman triathlon. Med. Sci. Sports Exerc. 2006; 38: 618–622.

Ziltener J.L. et coll. Non-steroidal anti-inflammatory drugs for athletes: an update. Ann. Phys. Rehab. Med. 2010; 53: 278–288.